DSI NumériquePartage d'expériencesLes outils bureautiques alternatifs

Les outils bureautiques alternatifs

  • Où en sommes-nous sur le marché de la bureautique ?

Le marché des logiciels de bureautique dans les pays développés, et en Europe en particulier, se trouve actuellement dans une phase très curieuse : je parle de basculement dans la conscience et les capacités. Les utilisateurs particuliers commencent à réaliser qu’à côté des solutions familières et apparemment uniques des monopoles dans leur travail quotidien, il existe des solutions alternatives qui ne sont pas inférieures, et parfois même supérieures en termes de qualité et d’utilisabilité, à celles en usage aujourd’hui. Ces réflexions sont sans doute transmises aux gestionnaires et aux décideurs des organisations, qui, à leur tour, ne manquent pas à comprendre les avantages économiques importants offerts par les fournisseurs de solutions alternatives modernes. Ainsi, de plus en plus d’entreprises décident de changer leurs outils de travail, de plus en plus d’utilisateurs particuliers choisissent des solutions plus pratiques et plus abordables pour leurs besoins et leurs tâches. Je pense que nous sommes au tout début de cette transformation des mentalités des utilisateurs de solutions bureautiques, qui ont souvent un impact direct sur le succès et l’efficacité des processus dans l’ensemble de l’organisation.

  • Quels sont les freins des outils traditionnels ?

Nous pouvons déclarer que tout le monde a le choix aujourd’hui. Il s’agit là d’un succès majeur du logiciel open-source. La disponibilité d’alternatives, accessibles et ouvertes, joue souvent un rôle considérable dans le développement du marché des logiciels de bureau et autres. La concurrence engendre toujours le progrès et le développement, donnant naissance à de nouvelles idées et opportunités.

  • Les outils alternatifs sont-ils adaptés à un usage professionnel ?

Les solutions open source récemment mises en place doivent rivaliser avec des géants disposant de budgets impressionnants et de positions de marché encore fortes, ce qui conduit à un niveau de développement plus élevé et, surtout, à des garanties d’opérabilité de la solution, au professionnalisme de l’assistance technique et à la mise en œuvre de toutes les exigences nécessaires à la mise en œuvre dans des domaines spécialisés. L’Open Source n’est pas synonyme de responsabilité réduite ou de moindres exigences. Au contraire, il s’agit d’une politique ouverte et responsable, prête à évoluer et à se développer en fonction des exigences actuelles du marché dans les meilleurs délais. L’utilisation d’une solution open source donne plus de confiance et de possibilités d’utilisation professionnelle que les logiciels à code source fermé qui se reposent souvent sur les lauriers de la monopolisation du marché.

  • Qu’en est-il des aspects liés à sécurité ?

La sécurité ne peut être garantie par une boîte noire sans aucune possibilité d’influencer le code ou le développeur de la solution. Pour une solution vraiment sûre, gardez le contrôle. C’est le principe qui fonctionne avec la plupart des entreprises pour lesquelles la sécurité est une nécessité absolue. Vous ne pouvez pas avoir de réels contrôles si vous ne possédez pas votre solution. Je ne parle pas de la licence, mais de la possibilité d’ouvrir le code source et d’y apporter des modifications, de connaître l’avis de milliers d’experts indépendants du monde entier qui connaissent le code, de comprendre que le code de la solution n’est pas verrouillé par un seul fournisseur, même le plus connu, mais qu’il peut être développé indépendamment du sort du fournisseur lui-même.

  • Les outils alternatifs ont-ils des roadmaps d’évolution suffisamment rapides pour s’adapter aux nouveaux usages ?

Comme je l’ai mentionné, les développeurs de logiciels libres sont les plus ouverts aux suggestions et aux souhaits des utilisateurs ainsi qu’aux exigences de la situation actuelle ; ils sont prêts à mettre en œuvre ce qui est vraiment nécessaire sur le marché dans les plus brefs délais. Bien sûr, les possibilités de développement peuvent être limitées par le budget d’un développeur particulier, par les ressources d’une entreprise. Mais dans le cas des produits open source, nous parlons d’un soutien incroyable à la communauté du projet, dont nous sommes très fiers chez ONLYOFFICE, par exemple. Nous comptons des milliers de personnes dans le monde entier : traducteurs, concepteurs, développeurs, testeurs – des professionnels qui, quel que soit leur budget, apportent chaque jour une contribution irréelle au développement de notre produit. C’est une force motrice unique qui n’a rien à offrir en concurrence avec les projets fermés.

  • Quelle place pour l’Open Source sur le marché des outils collaboratifs ?

A mon avis, les logiciels de bureau collaboratif constituent le secteur le plus difficile à mettre en œuvre. Vous pouvez créer un bon gestionnaire de fichiers assez rapidement et le mettre sur le marché en quelques années. Vous pouvez écrire un client de messagerie basé sur des clients existants ou écrire une synchronisation de base de données. Mais vous ne pouvez pas écrire un éditeur de documents collaboratif en ligne fonctionnel avec une sécurité élevée et une architecture intelligente en 2 ou 3 ans. Créer un écosystème professionnel autour d’une telle solution prend des années et des personnes talentueuses se sont investies dans ce projet de façon durable. Cela dit, le véritable retour sur investissement pour les utilisateurs n’apparaîtra que lorsque votre solution sera absolument prête à l’emploi et que son fonctionnement sera garanti, quelle que soit la charge. Nous développons ONLYOFFICE depuis 12 ans. Et nous avons encore des années de travail devant nous pour répondre à toutes les demandes de nos utilisateurs et mettre en œuvre toutes les idées uniques qui feront passer la gestion des documents en ligne à un tout nouveau niveau de commodité et de sécurité. Nous avons peu de concurrents.

Par Galina Goduhina, directrice de ventes chez ONLYOFFICE

Articles récents

Cela pourrait aussi vous interesser
Innovations

Build et Run : les deux faces de la transformation digitale

S’appuyer à tout moment sur des plateformes reposant sur...

SCC présente son tour de France en amont des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

SCC France, leader auprès de partenaires technologiques majeurs, va à...

Pourquoi la conformité réglementaire doit inclure les outils de chats et messageries instantanées

Aligner ses processus de gestion et d’échange avec les...

Provectio renforce sa stratégie de croissance avec une levée de fonds

Provectio, un fournisseur de services informatiques de référence, annonce...

Nouvelle solution de communication : découvrez ÉHO.CONNECT par Eho.Link

Eho.Link, concepteur de solutions de cybersécurité souveraines, dévoile sa...

Livre Blanc : Fin de la maintenance standard pour SAP ECC et SAP S/4HANA

"Chez delaware, nous tenons à informer pleinement nos clients...

Le DSI au Codir : stratégie d’entreprise ou ambition personnelle ?

La présence au Codir est-elle le Graal à conquérir...

La plateforme d’évaluation du risque cyber de Trustable disponible sur le marché : une réponse aux besoins des entreprises

Trustable, éditeur d’une plateforme dédiée à l'évaluation du risque...

Label Cybersecurity made in Europe : Altospam confirme son engagement en faveur de la souveraineté numérique

L’éditeur souverain Altospam, pionnier et acteur historique de la cybersécurité...

Enjeux de sécurité numérique : Les constats et recommandations du baromètre 2023

Docaposte, filiale du groupe La Poste et leader français...

Infrastructures IT : clés de la souveraineté numérique

De nos jours, les acteurs de l’IT sont invités...

Unitel Technologies innove au salon Global Industrie avec un réseau 5G mobile et sécurisé

Unitel Technologies, fournisseur de services Telecom et Cloud de...